Mot du coordonnateur.

Depuis son lancement, le 04 juin 2010, l’ASEPROVIC a concentré ses efforts sur le genre, les droits humains et, la promotion de la santé sexuelle et reproductive avec des activités focalisées sur l’éducation sexuelle complète, le VIH/SIDA, les Infections sexuellement transmissibles (IST), les violences de genre, la planification familiale, l’hygiène menstruelle, les droits des femmes et des filles ainsi que, les soins de santé primaires et la recherche-action.

Association à but non lucratif, l’ASEPROVIC regroupe et emploie une équipe avec un portrait multidisciplinaire composée des médecins, des infirmiers, psychologues et conseillers psychosociaux, des pairs éducateurs, des anthropologues, encodeurs et autres qui portent à cœur  le souci d’améliorer la situation des bénéficiaires prioritairement et majoritairement des femmes et des filles dans une société en situation de fissure et d’érosion.

Au cours de ses dix dernières années d’existence, l’ASEPROVIC a offert des dizaines d’activités auxquelles ont participé plus de 500.000 bénéficiaires aussi bien au niveau communautaire que dans nos structures : cliniques conviviales, centre des jeunes, centres d’apprentissage des métiers, etc.

De par  ses projets et ses activités, notre association s’investit de façon continue, d’une part, à outiller les adolescent-e-s, les filles et les femmes en particulier, de manière à ce que, par le biais de la sensibilisation, de l’éducation, la conscientisation et la formation, qu’elles deviennent capables de maitriser et d’exercer un contrôle sur leurs droits plus spécifiquement dans les domaines du genre et de la santé sexuelle et reproductive, susceptibles de favoriser les violences de genre, la sexualité non responsable avec ses corollaires dont les grossesses précoces et non voulues, les avortements clandestins non médicalisés, les mariages précoces, le VIH/SIDA, les IST qui, à un moment donné, déterminent leur déscolarisation et la détérioration des conditions et de la qualité de leurs vies.

D’autre part, pour l’atteinte des objectifs programmatiques de l’ONUSIDA (95–95–95) l’association met à disposition des bénéficiaires, des structures adaptées pour favoriser l’accès aux services de prévention, des soins et de soutien dans le domaine de la santé sexuelle et reproductive pour les filles, les travailleuses du sexe et la communauté LGBTI, en toute convivialité.

Cependant, au stade actuel de l’érosion sociétale, de la détérioration des conditions de vie, de la couverture limitée sur les bénéficiaires ainsi que les résultats obtenus montrent qu’énormément d’efforts et sacrifices restent  à consentir pour espérer remédier à la situation des bénéficiaires.

L’insuffisance en ressources humaines, matérielles et financières limite l’extension et la couverture de nos actions sur les populations bénéficiaires. Ces obstacles constitués en challenges permanents limitent les efforts visant à faire avancer le travail pour l’amélioration de la  situation précaire et défiante des adolescent-e-s et des femmes, particulièrement en zones pauvres et périurbaines où elles paraissent être les plus oubliées et délaissées.

Je vous invite à cheminer avec nous en consultant régulièrement le progrès de nos activités, les résultats de nos travaux de recherche sur le site web de l’Association qui aussi, vous permet de contribuer (dons, legs, etc.) à nos efforts, comme le dit ce proverbe Berbère :

« Si tu as de nombreuses richesses donne ton bien, si tu possèdes peu donne ton cœur »

Jean-Marie Mukiese Nlunda
Coordonnateur